La Santé

La Santé


TRES IMPORTANT A LIRE A GRANDE IMPORTANCE

  • LA PIF

Dr BERNADETTE BRESSARD

LA PIF (péritonite auto immune féline) et les données actuelles de la science…..et du bon sens….en simple

Un million de chat décèdent de la PIF annuellement dans le monde, cette épidémie étant proportionnelle au développement des survaccinations ( + pesticidations = vermifuge chimique, antiparsitaires chimiques , + stérilisation, castration précoce systématique).

Comment la PIF tuent-elle les chats ? Depuis 2009, il a été objectivé que dans la PIF, ceux sont ces propres neutrophiles, qui tuent le chat : Pourquoi ses neutrophiles se retournent contre le chat ? Parce que leur organe de contrôle, le THYMUS est détruit.

Détruit par quoi le THYMUS ? par une accumulation de stress et/ou par une administration de corticoïdes : les hormones du stress, dans un temps trop court pour qu’il puisse récupérer.

Ce qui déclenche la PIF n’a rien à voir avec un coronavirus (lequel est ubiquiste c’est-à-dire qu’on le retrouve chez les chats) et tout à voir avec le stress.

Que ce stress soit chimique : l’organisme du chat n’est pas encore moins que celui de l’humain, n’est pas conçu donc, pour gérer des toxines tels que les adjuvants vaccinaux, vermifuges chimiques, antiparasitaires chimiques, pipettes, piqûres ou cachets contre les puces tiques, etc etc et/ou que ce stress soit aussi émotionnel ou chirurgical….

Lorsque que son thymus est ainsi détruit par une accumulation de stress ou par l’administration des hormones de stress, corticoïdes, que se passe-t-il dans le chat ? Son thymus ne peut plus se débarrasser de sa forme mutante du coronavirus intestinal, ce qu’un thymus sain fait sans problème ( 80 % des mutations n’aboutissent pas à une pif si le thymus est sain). Ce virus mutant garde 98 % de ces gènes en commun avec le coronavirus ubiquiste (d’où l’inutilité des tests coronavirus qui ne font pas la différence entre le mutant et le ubiquiste). Mais le gène muté fait qu’il va s’établir dans les macrophages du chat, qui sont les camions éboueurs de l’organisme du chat. Qui normalement débarrassent l’organisme de ces poubelles « les neutrophiles » et qui les gèrent en leur intimant de s’auto-détruire, mission accomplie en 12 heures. Le mutant s’installe dans les macrophages, donc les utilisant comme incubateurs pour s’y reproduire et pervertit leur fonctionnement. Ils ne signalement plus aux neutrophiles de s’auto-détruire, ils ne débarrassent plus l’organisme de ses poubelles, lesquelles s’accumulent, avec une nouvelle génération toutes les 12 heures, jusqu’à ce que la charge toxique soit telle que les globules rouges éclatent ; anémie hémolytique aîgue, jaunisse etc. Le mutant est dans les macrophages et dans les macrophages uniquement, donc la PIF n’est pas contagieuse (les habitudes de stress chimiques, vaccins, vermifuges etc d’où parfois plusieurs cas dans les collectivités). Un diagnostic simple : la clinique + l’anamnèse doit y faire penser assez tôt, avant le stade terminal, et la numération formule le signe : neutrophiles élevés, lymphocytes bas, globulines élevées, albumine basse.

Que faire ? Aucun médicament ne peut régénérer un thymus, seul le chat peut le faire. Une seule possibilité pour que le chat s’en sorte : obtenir dans les temps la régénération du thymus, dont seule la fonctionnalité retrouvée lui permettra de se débarrasser du mutant. Soit le soutenir de toute urgence et par toutes les voies possibles pour empêcher la survenue de l’irréversible.

 

IL EST URGENT DE S’ABSTENIR DE :

1/ inutiles tests coronavirus car tous les chats sont porteurs de coronavirus ;

2/injection de corticoîde, antibio, car les corticoîdes détruisent le thymus et augmentent encore les neutrophiles, donc accélèrent la destruction de l’organisme du chat. Les antibiotiques, molécules étrangères à l’organisme, vont dans le même sens, la PIF étant une maladie ADE : étant aggravée par tout anticorps, et pénalise encore foie, reins, dont le chat a bien besoin pour tenter de diminuer sa charge toxique, laquelle s’accumule à toute allure, les neutrophiles vieillis s’ouvrant, relâchant leurs granules toxiques qui tuent le chat.

3 /interféron, lequel augmente les anticorps, déjà en excès dans la PIF.

 

CE QU’IL FAUT FAIRE :

Soutenir le chat au plan équilibre acidobasique et hydroélectrolytique pour tâcher d’obtenir un flushing des toxines : c’est le rôle de l’allopathe. Celui de l’homéopathe sera d’intervenir au niveau des processus physiopathologiques en cours, en anticipant constamment. Et pour les inucistes, de l’individu, n’est inuciste qui veut….Le Dr Irène de Villiers , Dr en immunopharmacologie, dr en homéopathie uniciste, venait de mettre au point du fait de sa réflexion d’éleveuse de chats norvégiens( plus de 500 cas de PIF) une répertorisation sur la base de l’ICT de soutenir le « treillis énergétique » du chat, en se basant sur sa biotypologie. L’organothérapie, la nutrithérapie, les rééquilibrants immunitaires, et surtout pas les stimulants immunitaires, l’argent colloïdial, le msm………l’utilisation du libre service….le chat à ces remèdes à sa disposition et suivant son ressenti ira chercher ce que son organisme a besoin. Le suivi pas à pas……sachant qu’on pourra passer à travers toutes manifestations neurologiques, cardiaques, pulmonaires, dyspnéiques etc etc. permets rarement mais cela arrive que le chat retrouve sa santé.

SURTOUT CESSONS DE CREER DES PIFS.

NE VACCINONS PAS AVANT L’AGE DE 3 MOIS ET UNE SEULE VALENCE A LA FOIS .

PAS DE VACCINS AVEC TYPHUS CORYZA ET LEUCOSE EN PLUS. UNE SEULE VALENCE A LA FOIS ELLE SUFFIT POUR TOUTE LA VIE DU CHAT. EN SACHANT QUE LE CHAT NE PEUT GERER IMPUNEMENT Un AUTRE STRESS VERMIFUGE ANTIPARASITAIRE ETC

VACCINS + VERMIFUGE + ANTIPARASITAIRE = DESTUCTION THYMUS = PIF

VERMIFUGE CHIMIQUE = DESTRUCTION THYMUS

ANTIPARASITAIRE CHIMIQUE (Comprimés, pipette, piqûre) = DESTRUCTION DU THYMUS

La pif peut toucher les chats de n’importe quel âge, chatons, jeunes adultes et même adultes ou sénior

UTILISONS LES NOSODES, ARRETONS LES VACCINS ET TOUT STRESS CHIMIQUE QUI TUENT NOS CHATS


LES NOSODES : UNE ALTERNATIVE AUX VACCINS

 

Tout d’abord afin de mieux comprendre de quoi nous parlons, voici la définition du mot « nosode »

 

Préparation homéopathique destinée à prévenir les maladies et issues d’un élément de maladie ou de tissus pathologiques.

A force de vacciner tous les ans nos animaux de compagnie CHATS et CHIENS, nous finissons par affaiblir de + en + leur système immunitaire, (les animaux sont de plus en plus malades, cancers à 7-8 ans, les maladies auto-immunes, pif pour les chats etc et j’en passe...)

Leur but des nosodes est d'augmenter la réponse immunitaire naturelle de l’animal, alors que le but du vaccin est d’immuniser (ce qui ne marche pas toujours d’ailleurs).

Voici un lien qui vous permettra d'en apprendre un peu plus : https://www.vismedicatrixnaturae.fr/sante-generale-1/dossier-vaccination/les-nosodes-une-alternative-aux-vaccins/

​​Les nosodes sont une catégorie de produits homéopathiques. Ils sont fabriqués à partir des tissus ou des sécrétions d’humains ou d’animaux malades. Ces microbes sont dilués de nombreuses fois dans de l’eau ordinaire, ne laissant dans le produit aucun ingrédient actif pouvant avoir un effet sur le système immunitaire.

Les nosodes se présentent en pilules de sucre ou en gouttes dans une base d’eau ou d’alcool. 

​​Nos chatons auront le protocole vaccination Homeoprophylaxis Ainsworths (contre les maladies : Coryza, Calcivirus, PIF, Typhus, leucémie, Clamydiose, Fiv). Homéoprophylaxie est dénuée de tout effet secondaire, nous remettons le traitement en granules à la famille ainsi que le protocole, qui vous verrez est très simple.

Au vu des conséquences et des effets des vaccins (maladies auto immunes, ulcères, coryza sévère, typhus, maladies inflammatoires de l’intestion etc….), la Chatterie des petits oursons utilisera sur tous ces chatons les Nosodes ; nous utilisons les Nosodes déjà depuis maintenant plus de 1 ans sur nos adultes et nous sommes tellement satisfaits du résultat que les chatons bénéficieront du même protocole dès l’âge de 3 semaines. Les Nosodes sont sans danger et ils sont une alternative saine par rapport aux vaccins. Nous sommes une chatterie au naturel et cela va dans notre continuité.

​​Nous sommes très attentif au choix des familles de nos chatons ; malgré nos efforts nous avons été dupés par plusieurs personnes, nous serons encore plus vigilant à l’avenir quand au placement de nos bébés. Je fais cela par passion si les bébés doivent rester à mes cotés cela n’est pas un problème, car je préfère les avoir avec moi qu’avec des personnes peu soucieuse de leur santé.

Nos animaux sont comme nous exposés aux virus même si ceux sont des chats qui ne sortent jamais. Vous véhiculez sur vous virus et bactéries, il est indispensable et primordiale de stimuler leurs défenses immunitaires pour booster leur organisme 4 fois par an, comme nous le ferions pour nous.

L'homéopathie se prend loin des repas.

​Mettre le comprimé à fondre dans une seringue de 1 ou 2 ml sans toucher le comprimé, enlever les croquettes pendant ce temps ; attendez environ 30 min afin de s’assurer de ne pas donner alors que le chat vient de manger et administrer après à l'aide de la seringue.

Remettre les croquettes 30 mn après.

On ne touche pas les comprimés avec les doigts.
1 comprimé pour un chat ou chaton.

Nous commençons le protocole à l’âge de 3 semaines, les nosodes couvrent, Typhus entérite féline/panleucopénie féline), Coryza (rhinotrachéite), Leucose, Pif (péritonite infectieuse féline), Leucémie, Chlamydiose féline et FIV. 
                                         
Chacun des chatons se verra attribuer un flacon de comprimés et une seringue afin de suivre le protocole jusqu'aux 3 ans du chat.

Prophylaxie : En règle générale, le dosage est fourni par le laboratoire fabricant. Pour ceux que je donne à mes chats, la dose et de :

  • 1 comprimé, ou 1 ou 2 granules, ou 3 ou 4 globules matin et soir par jour pendant 3 jours,
  • Puis 1 fois par semaine pendant 3 semaines,
  • Puis 1 fois par mois pendant 6 mois, et enfin,
  • Puis 1 fois tous les 6 mois pendant 3 ans.

Il n'est pas vraiment utile de le faire au-dela de 3 ans, car votre animal est couvert, mais à partir du moment où vous commencez à administrer les nosodes a votre animal de compagnie, son immunité commence à se développer.

On peut administrer les nosodes aux chiots et chatons dès l'âge de 3 semaines, et le dosage est le même pour tous, quelle que soit leur taille, même conjointement avec la vaccination traditionnelle. L'homéopathie n'a rien à voir avec la médecine conventionnelle et les dosages non plus.

Vous pouvez commencer a administrer les nosodes a n'importe quel moment, que votre animal soit vacciné ou pas, ça n'interfère en rien avec les vaccins.

 

Comment conserver l'homéopathie ?

Les médicaments homéopathiques se conservent : - à l’abri de la lumière, - à température ambiante modérée, loin de toutes sources de chaleur élevée (radiateurs), - loin de toutes sources électriques (appareils divers, voiture, ordinateur, téléphone portable…), - loin de toutes sources électromagnétiques (enceintes hifi, TV, wifi…), - loin des parfums ou huiles essentielles.

Chaque bébé de la chatterie partira avec son flacon de Nosodes et sa fiche protocole.

 

Les vaccins

En France, la vaccination des chiens et des chats n’est pas obligatoire, légalement parlant. Le seul moment où la loi intervient au sujet des vaccins, c’est le passage des frontières : le vaccin contre la rage est alors obligatoire pour entrer ou sortir de France avec un animal de compagnie.

La WSAVA recommande de vacciner votre animal de compagnie maximum tous les 3 ans comme cela se fait dans beaucoup de pays maintenant (et de le faire seulement si le Vaccicheck montre que l'immunité est trop faible et qu'il est nécessaire de re-vacciner votre animal), il est donc possible de le faire avant le rappel de la première année (à 15 mois). Si votre animal est déjà protégé par ses vaccins précédents, la revaccination n'apportera pas une immunité supplémentaire, et il n'est donc pas nécessaire de revacciner.

Le WSAVA recommande et encourage vivement (et moi aussi) le concept du bilan annuel de santé  en lieu et place de celui du rappel annuel de vaccination. Dans le cadre de ce bilan annuel, le rappel de vaccination, s'il est nécessaire, ne doit être qu'un des éléments de cette visite annuelle consacrée à la santé et au bien-être généraux de l'animal. En effet, rien ne remplacera le regard averti et les mains expertes de votre vétérinaire pour détecter un problème de santé.

 

 

 

Avez-vous fait votre choix ?

5 + 10 =